Les corbeilles en cordelettes

Je vous l’avais bien dit ! J’ai beaucoup travaillé pour vous ces jours-ci, et même si je n’ai pas forcément le temps d’écrire les articles, il y a beaucoup de projets en cours qui ne demandent que quelques minutes pour être finalisés.

Le projet que je vous présente ici n’est pas de moi. On le voit beaucoup sur les réseaux sociaux. J’ai pu en voir une version sur Facebook, une autre sur Youtube, et même des photos sur Pinterest.

J’avoue que j’ai bien aimé l’idée, d’autant que j’ai plein de petits cartons et autres boîtes vides qui ne demandaient qu’à être recyclés, et les chutes de tissus, c’est pas ce qu’il manque dans mes tiroirs !!!

Par contre, j’ai vu tellement de versions différentes qu’il fallait que je teste leur mise en œuvre.

J’ai donc réalisé 2 paniers avec 2 techniques différentes, et je vous présente ici les résultats.

Pour mon premier essai, j’ai pris un carton de boîte à chaussures, donc pas très costaud, de la corde de sisal, une taie d’oreiller et j’ai utilisé un pistolet à colle.

Pour mon deuxième essai, j’ai recyclé la boîte de ma Craftine Box – le carton est plus épais – j’ai utilisé du cordeau de coton, de la colle BIB et une chute de tissu assortie.

Les dimensions des boîtes sont à peu près identiques. La boîte à chaussures, un peu plus haute (de 2cm) et légèrement plus large (25cm au lieu de 20). En termes de corde – dont les épaisseurs sont similaires – j’ai utilisé environ 60m de corde de coton et presque 3 petites pelotes de 30m de corde de sisal. L’avantage est donc au cordeau de coton, plus extensible, mais c’est surtout une question de goût.

Concernant les colles, la colle BIB a l’avantage d’être très bon marché. J’ai mon bidon d’1kg depuis un bail maintenant, et il m’en reste plus de la moitié encore. Je transvase toujours dans un petit pot en verre pour la travailler au pinceau, et la colle restante peut être remise dans le bidon pour être réutilisée. Son inconvénient est son temps de séchage. La prise n’est pas immédiate, et donc pour un projet comme celui-ci, il faut maintenir tout le temps la corde pour ne pas qu’elle bouge. Lorsque l’on met la corde sur les côtés de la boîte, celle-ci doit être tendue et une main peu maintenir cette tension sans trop de problème, mais sur le fond de la boîte, sans tension, la corde bouge sans cesse, et j’ai passé mon temps à réajuster – voire à combler – les trous. Autant dire que mes doigts étaient autant collés à la boîte que la corde. J’ai dû faire la navette jusqu’à l’évier un nombre impressionnant de fois pour me laver les mains et ainsi éviter de salir mon ouvrage et de repartir avec la corde.

        

Le pistolet à colle a un côté pratique  – le collage instantané – qui rend son utilisation ici très confortable. Par contre, j’ai dû passer près d’une douzaine de bâtons de colle de 11mm, ce qui revient cher. Je passe aussi le nombre de fois où je me suis cramée les doigts en m’empressant de faire adhérer la corde (ben oui, il faut faire vite !) et je vais directement à l’étape où je dois démêler les fils de colle qui se forment entre le bout du pistolet et l’endroit où on vient de l’appliquer. Une vraie toile d’araignée, heureusement facile à nettoyer (et pas trop visible non plus). Je me suis pas mal lavées les mains pour cette technique aussi, à cause de la colle qui a figé au bout de mes doigts et qui adhère au reste de l’ouvrage.

 

Donc pour le match entre BIB et pistolet ? Je préfère quand même le pistolet ! Je rajouterais également que j’ai appliqué de la BIB sur un carton épais. J’ai été généreuse en colle, et je ne sais pas quel aurait été le comportement de ma boîte à chaussure avec le même traitement. La BIB a en effet tendance à ramollir le carton, ce qui l’aurait peut-être déformé.

Match entre sisal et coton ? Egalité !!! Les deux donnent un aspect très différent mais agréable. Le sisal donne un effet plus rustique, et le coton plus moderne. J’essayerai bien également avec de la laine (ou une pelote coton/laine), mais je pense qu’il faut choisir un fil assez épais (qui se tricote avec des aiguilles 5 ou 6 par exemple).

Match entre les cartons ? Ben là, franchement, ex-aequo. Ma boîte a chaussure est devenue très rigide grâce au sisal alors qu’elle ne l’était pas vraiment à a base. La box Craftine n’a pas bougé, mais elle était déjà costaude à la base.

Il n’y a pas vraiment de match entre les tissus. C’est plutôt une affaire de goût. Par contre, il vaut mieux choisir un tissu un peu épais ou bien opaque pour cacher éventuellement les écritures / les défauts /les étiquettes qui ne sont pas masqués à l’intérieur de la boîte. La taie d’oreiller employée est blanche et assez transparente, donc à utiliser dans une boîte blanche ou claire unie.

Pour la réalisation – je ne vais pas donner de tuto ici, il y en a déjà plein sur le net – je donnerai juste quelques conseils.

D’abord, il faut avoir un peu de temps devant soi car on peut difficilement s’interrompre. Quelle que soit la méthode choisie, il faut quand même maintenir la corde le plus possible pour éviter qu’elle ne bouge lorsqu’on fait des tours autour de la boîte. Même avec le pistolet à colle, il peut apparaître quelques millimètres de décalage d’un tour sur l’autre qu’il faut réajuster.

La phase la plus compliquée c’est quand on arrive au niveau des arêtes : passer des côtés avec une corde en tension à du plat sur le fond sans tension, ce n’est pas très évident. Personnellement, j’ai arrêté ma corde pour reprendre ensuite. Reste qu’il peut y avoir quelques décalages (1 tour supplémentaire à faire sur une face de la boîte) car on n’a pas assez serré les rangs à un endroit donné.

Sur le haut de la boîte, on peut se permettre quelques défauts qui seront camouflés par le tissu.

On peut mettre quelques points de colle (surtout si elle est transparente) pour maintenir le tissu en place sur le panier.

Pour la réalisation de l’intérieur de la boîte en tissu, j’ai vu pas mal de tuto avec des taies d’oreiller ou des t-shirts. Tout reste possible. Le T-shirt permet d’avoir un tissu plus extensible et donc on peut le coudre « au plus juste », et l’élasticité permettra de l’enfiler sur la boîte.

J’ai vu des tuto où ils se contentaient de coller le tissu pour faire les coins et les ourlets. Là, je trouve ça limite… La colle ça laisse des traces et même si on n’est pas très doué pour la couture, dans cet ouvrage, c’est vraiment très limité (4 coins et un ourlet). Ça peut être fait à la main si on n’a pas de machine. Par contre, il faut essayer de prendre les mesures justes pour ne pas avoir un tissu qui « flotte » autour et dans le fond de la boîte.

Par exemple, pour ma box de 20x30cm sur 8 de profondeur, j’ai pris un rectangle de 22 X32, et j’ai prévu 8 + 3 (revers) + 1 (ourlet) pour remonter les côtés. Le tissu que j’ai choisi – non extensible –s’insère parfaitement sur le panier.

      

      

Je n’ai pas utilisé les couvercles des boîtes par contre. Certains tuto les travaillent de la même façon en mettant la corde à l’extérieur et à l’intérieur, et ils les utilisent en plateaux. Pourquoi pas ?

Il ne me reste plus qu’à les remplir…

En fait, non, ils ont déjà trouvé leur utilité :

       

Et vous, vous y mettez quoi ??

 

 

Leave a Comment