le porte manteau « boutons de tiroir »

Bonjour à toutes et à tous !

Aujourd’hui, petit tuto de bricolage… Oh, c’est pas très dur, rassurez-vous, et le résultat est plutôt sympa… Par contre, ça nécessite que vous n’ayez pas peur de vous servir de certains outils comme la perceuse et que vous ayez sous la main deux ou trois fournitures de récup.

Ça vous est déjà arrivé d’aller dans votre magasin de bricolage préféré pour acheter la toute petite vis de 3,5 qui vous manque pour finaliser votre projet et de repartir avec un panier plein de trucs – dont vous ignorez l’utilité première pour la plupart, mais qui ont une forme sympa – et d’oublier de prendre la vis en question ???

Bon, moi, ça m’arrive assez régulièrement. Dernièrement, je cherchais un joli miroir pour la chambre de ma fille et je suis « tombée » dans le rayon des poignées de porte et de fenêtre. Et là, de l’autre côté de ces étagères un rayonnage tout coloré de boutons de tiroir, tous plus jolis les uns que les autres.

J’ai craqué…

Il faut dire que j’ai imaginé tout de suite ce que j’allais faire avec. Je venais de démonter 3 palettes pour en récupérer les planches, et après avoir passé un bon moment sur Pinterest, j’avais plein d’idées sympas pour m’inspirer, copier et créer.

J’ai commencé facile par ce porte-manteau et je vous en offre le tuto.

Sans plus attendre, la liste des fournitures nécessaire à sa réalisation :

        Une planche de bois de récup

        Une scie

        3 boutons de portes à visser (les mêmes ou pas) assez gros pour qu’on puisse y accrocher quelque chose dessus

        Une perceuse – visseuse

        Des feuilles pour poncer suivant l’état de votre planche

        Du Gesso (base de peinture blanche très couvrante)

        Des peintures multi support ou acryliques de votre choix et les pinceaux appropriés

        Du ruban de masquage

        Un feutre Posca noir

        Une règle

        2 crochets pour cadre (rayon encadrement)

        Cheville et vis et/ou gond pour fixer le porte manteau

        Un tournevis cruciforme

        Un marteau

 

Passons à la réalisation :

Etape 1 : préparation de la planche

Comme dit plus haut, j’ai démonté des palettes et j’ai donc des planches d’environ 1m avec des trous de clou tout partout. J’ai pris une planche de 12cm de large et je l’ai scié à 40cm, dans une zone sans  trou.

Si vous avez de quoi bloquer la planche pour éviter qu’elle ne bouge pendant que vous sciez, je vous conseille de l’utiliser. Ça rend la coupe plus facile.

Vous pouvez aussi acheter la planche toute prête. Il y a un bon nombre de magasin de bricolage qui vend les chutes de découpe de bois pas très chères.

Pour les dimensions, peu importe. Entre 25 et 40 cm de longueur, et entre 8 et 15cm de largeur. L’important, c’est que les proportions vous plaisent.

Etape 2 : ponçage de la planche

Pour une planche de récup, vérifiez bien qu’il n’y ait pas de tâche sur le bois. Utilisez le côté de moins abîmé – à moins d’aimer les effets donnés par les imperfections du bois – et poncez pour éviter les échardes et rendre la matière plus agréable.

Pour une petite planche, cela peut se faire avec une feuille et une cale directement. Si vous êtes équipés, vous pouvez y aller avec une petite ponceuse électrique.

Insistez bien sur les angles.

Etape 3 : peinture de la planche

Pour cette étape, tout est possible encore, mais je vous conseille de mettre une sous-couche de Gesso Blanc, très couvrant, qui vous permettra toute les fantaisies après.

Faites attention à vos vêtements, car le Gesso tâche énormément et est compliqué à ravoir.

Laisser sécher.

Une fois la couche de Gesso sèche, vous pouvez utiliser le scotch de marquage pour délimiter des zones de couleur différente. Choisissez un scotch d’1cm ou 1,5cm de largeur et appuyez le bien sur la planche pour le faire adhérer. Passer votre première couleur (le rouge pour moi) et laisser sécher.

Personnellement, j’ai utilisé les petits pots d’essai de chez Casto. Je cherchais les couleurs similaires à celles de mon atelier que je n’avais pas dans ma gamme d’acrylique. Mais tout est possible. Il y a une gamme de peinture très large dont certaines avec des effets : métal, irisé, rustique… Tout dépend de l’utilisation que vous voulez faire du porte manteau après.

Une fois les premières couleurs sèches, retirez délicatement le scotch, et repositionnez de nouvelles bandes en limite de ce que vous venez de peindre, de manière à faire l’autre côté sans salir ce que vous venez de peindre. Passez toutes vos couleurs de la même façon jusqu’au résultat souhaité.

N’oubliez pas de peindre les tranches de la planche également pour un plus joli rendu. Par contre, pas besoin de faire l’autre côté.

Etape 4 : finition de déco

L’étape n’est pas nécessaire si vos couleurs vous suffisent, mais j’aime le contraste créé par les traits fins de feutre noir. Pour ceci, il faut s’armer d’une règle propre et d’un Posca noir. Tirer des traits le long des changements de couleur – plus ou moins épais – en évitant de repasser 100 fois au même endroit.

Nettoyez la règle avec un mouchoir de temps en temps pour éviter de déposer du feutre lorsque vous aller la repositionner.

Evitez de recharger le Posca en cours d’utilisation en appuyant sur la pointe pour ne pas faire de tâche.

Etape 5 : perçage de la planche

Une fois que tout est sec – Posca et peinture – avec une règle et un critérium fin vous allez déterminer l’emplacement de vos boutons de tiroir.

Commencer par le bouton central en le plaçant au milieu en largeur et en longueur. Faites un petit repère au critérium.

Pour les 2 autres, on pourrait croire que les mettre au quart et au ¾ de la planche en longueur serait le plus harmonieux. C’est possible, si ça vous plait… Moi, je les décale un peu plus, c’est-à-dire que sur ma planche de 40cm, le premier bouton est à 8cm, le 2ème au milieu (à 20cm donc), et le 3ème est à 32cm. Les 3 sont alignés au milieu en largeur, mais encore ici, ce n’est pas obligatoire surtout si vous avez une planche assez large.

Faites les 3 repères au critérium.

Placer le tournevis cruciforme exactement sur le 1er repère et donner 2 ou 3 coups de marteau dessus pour faire une empreinte qui permettra à la mèche de la perceuse de ne pas déraper au départ. Utiliser plutôt un tournevis fin ou même une vrille si vous en avez. Faites de même pour les 2 autres repères.

Avec la perceuse (ou une perceuse visseuse dans mon cas), faites des trous de 2 au niveau des repères, en traversant la planche entièrement. Attention de bien placer quelque chose qui ne craint pas et assez épais sous la planche. Repassez ensuite avec une mèche bois de 3,5 qui est généralement la dimension qui correspond aux vis fournies avec les boutons. Pensez à le vérifier avant, et en cas de doute, augmentez la dimension du trou petit à petit en testant entre chaque jusqu’à ce que la vis du bouton se visse sans forcer dans la planche.

Etape 6 : pose des fixations du porte manteau

Avant de visser les boutons de tiroir, il vaut mieux insérer les fixations sur l’autre côté.

Si vous n’avez pas envie de mettre ce type de fixation, il y a une autre solution toute simple qui consiste à faire 2 trous supplémentaires à chaque extrémité de votre planche (à 2cm de chaque côté, centré en largeur) pour passer directement deux vis qui viendront se fixer dans des chevilles adaptées directement dans votre support (mur ou porte). Dans ce cas, le trou dépend de la taille de vos vis. En principe du 4mm suffit, mais faites attention à la longueur qui doit prévoir l’épaisseur de la planche + suffisamment de longueur dans le mur pour que la fixation soit solide. Ce type de fixation implique que les 2 vis soient visibles.

Pour ceux comme moi qui ne souhaitent pas voir les vis, on utilise des crochets d’encadrement qui se vissent directement dans le bois. Généralement, les vis sont fournies. Il en existe aussi avec des clous que je juge un peu moins résistant pour un porte manteau.

Il en faut 2 automatiquement pour que le porte manteau ne soit pas déséquilibré. Il faut les mettre de façon symétrique, assez haut mais pas trop non plus pour qu’ils ne soient pas visibles une fois le porte manteau suspendu.

De la même façon qu’on a préparé les trous pour les passages des boutons, on prépare les trous avec le tournevis pour les fixations. On peut éventuellement prépercer avec une petite mèche, mais le risque de passer complètement à travers la planche est grand. Vérifier bien plusieurs fois avant de fixer que vos deux crochets soient bien à la même hauteur, car il est difficile d’avoir un porte manteau droit avec 2 crochets à des hauteurs différentes.

Avec la visseuse ou le tournevis, mettez les crochets en place.

Maintenant, vous pouvez visser vos boutons de tiroir.

Vous n’avez plus qu’à l’accrocher en fixant par exemple 2 gonds à vis ou 2 vis avec des chevilles adaptées. Et voilà…

Photo

 

 

Les déclinaisons de toutes sortes et à toutes les étapes sont possibles pour ce projet, et c’est ce qui rendra votre projet tout à fait personnel. Les styles peuvent varier en fonction des boutons, des couleurs et de l’endroit où vous déciderez de l’accrocher… En tout cas, je me suis bien amusée et j’ai hâte de vous montrer encore plein d’autres choses.

Leave a Comment